ZEBDA
"
Essence ordinaire"

1-Y' a pas d'arrangement

2-Tomber la chemise

3-Double peine

4-Tombés des nues

5-Quinze ans

6-Je crois que ça pas être possible

7-Je suis

8-Tout semble si...

9-On est chez nous

10-Oualalaradime

11-Le manouche

12-Ne dans la rue

13-Le petit Robert


1-Y' a pas d'arrangement

C'était la folie, autant que je m'en

souvienne

On voulait pas bosser et pour

qu'on nous retienne

II eut fallu derrière nous, un

Zatopek à la course

Mais en tout cas rien n'a coulé de

source

 

Y'a pas d'arrangement, et y'a pas de grimace

Juste le lendemain se regarder dans une glace

Faut le dire, on a fait ça pour faire la fête

Et se dire: cette folie, on l'a faite...

au fait !

 

L'évidence n'était pas chez la voisine

Vous voulez chanter et ben casquez maintenant

II fallait qu'on s'y risque car c'est l'usine

Qui ouvre ses bras en criant, c'est donnant donnant

 

Refrain

Y'a pas d'arrangement, et y'a pas de grimace

Juste le lendemain se regarder dans une glace

Faut le dire, on a fait ça pour faire la fête

Et se dire: cette folie, on l'a faite...

au fait !

Y'a pas d'arrangement

 

Et c'est ainsi qu'on est parti sur les routes

Les kilomètres auraient mérité tu t'en doutes...; quoi donc ?

Le mot respect, ou qu'on nous donne un diplôme

Parce qu'on n'était pas dans un beau sous-marin jaune

 

Croyez-le, y'a pas eu de miracle

On n'a pas fait demi-tour au premier obstacle

On n'a pas fait demi-tour et pour cette place

Sous le déluge, on a roulé sans essuie-glaces..." tchic-tchac"

 

On a caché ce qu'on avait de plus précieux

La cagoule et les bottes de Sept lieues

On mouillait le maillot, tout à la fois être

Trimards et saltimbanques, tu le crois ... "je le crois"

 

Refrain

 

L'autre jour, j'ai même dis à Moos

II faut leur dire "plus de couscous"

Moi en tout cas, je ne peux plus rien avaler

Les cassoulets, les taboulés, tous les poulets-poulets

 

Je me souviens qu'on était tellement pliés

On a envié "deux secondes" le monde ouvrier

Allez roule, et si on a plus rien dans le ventre

On vient, on met le feu, et puis on rentre

 

La vie de bohème, elle peut se résumer ainsi

Je me promène avec madame pharmacie

Kamol, Doliprane et Salgydal

Sont les trois mamelles des tueurs de bals

 

Refrain

 

Plutôt que de changer les freins

Qu'est ce que t'en penses

On s'achète, je sais pas moi, une ambulance - "oui ! oui !"

On a ri du bonheur, lorsque chantait la foule

Le petit "Oh" sur "D'Eve à Lise", c'était cool

 

Pas de cadeau, pas de trêve, pas de fleur

Si t'as mal aux mollets, sèche tes pleurs

Y'a pas d'arrangement, c'est la formule

Sinon garde ta baignoire et va faire des bulles

 

Ainsi va le spectacle et sa légende

Quand y'en a un qui tombe, l'autre en redemande

La tête cassée, le reste à la dérive

Cent petits tours et que les cachets suivent

 

Refrain


2-Tomber la chemise

Tous les enfants de ma cité et même d'ailleurs

Et tout ce que la colère a fait de meilleur

Des faces de stalagmites et des jolies filles

Des têtes d'acné, en un mot la famille

Sont là

 

Oui tous les enfants de mon quartier et même d'ailleurs

Et tout ce que le béton a fait de meilleur

Des qui voulaient pas payer l'entrée trente balles

Ont envahi la scène, ont envahi la salle.

 

Y'a là des bandits qu'ont des têtes de cailloux

Ceux qu'ont du sentiment autant que les voyous

Attendent qu'on allume un méchant boucan

Et que surgissent de la scène des volcans

Et c'est là:

 

Refrain

Qu'on a tombé la chemise

Tomber la chemise...

 

Tous les enfants de ma cité et même

d'ailleurs

Et tout ce que la colère a fait de

meilleur

Des pas beaux, des faces rondes

comme des quilles

Et des têtes rouges, en un mot la

famille

Sont là

 

Oui tous les enfants de mon quartier

et même d'ailleurs

Et tout ce que le béton a fait de

meilleur

Des qui voulaient profiter de la

pagaille

D'autres qu'avaient pas slamé depuis

un bail

 

Tout à coup le trac a fait coucou

dans la loge

Oh maman qu'elle tourne vite cette

horloge

Allez les gars, vous avez promis le

soleil

On peut vous dire, ce soir qu'on a

pas sommeil

 

Refrain

On va tomber la chemise

Tomber la chemise...

 

Tous les petits gavroches et les têtes

abîmées

Et les faces de pioche autant que les

minets

Ont mis le feu en sautant à l'envers

La tête en bas, c'était pas des

paroles en l'air, mais

Oh! là....

 

On les entend qui crient "allez, pas

de manières

Surtout pas de caprices on en a rien

à faire

Puis on est pas venu là, dans un

monastère

Ni casser la voix, mais péter les

artères"

 

C'est ainsi chez nous et c'est pareil

ailleurs

Tout ce que ce vilain monde a fait de

meilleur

Se trouvait là, juste pour le plaisir

Ce jour là je peux dire qu'on s'est fait

plaisir

 

Refrain

On va tomber la chemise

Tomber la chemise...


3- Double peine

J'ai la tête de celui qui s'entête

Peut-être même du voleur de bicyclettes

De celui qu'a la main près du sac à main

Qu'on s'y trompe, moi sans passer d'examen

Je sais ce que vous avez jamais su

 

Non, no, niet, dans toutes les langues nada

Le bossu ne fait pas sa vie avec Esmeralda

En tous cas si t'y crois, je te pince !

C'est dans les rêves que les bergères épousent des princes

 

Refrain

Je suis celui qu'on a puni deux fois

Ici et puis là-bas

Je suis celui qu'on a puni deux fois

Ici et puis là-bas

 

On m'accuse d'être de toutes les combines

Quatre épouses et combien de concubines

Je sais bien que c'est pas là le moindre défaut

Et qui prend l'ascenseur pour l'échafaud, hein ?

Je fais la confidence à ces tordus...

 

Mais je l'ai dit et redit et si tu lis ma bio

Tu y trouveras une enfance comme il faut

Si tu cherches le Bronx, reste dans ton ghetto

Mais s'il est véridique que je suis né dans la rue

 

Refrain

 

Non, non je n'ai pas le culte des racines

Je prends pas ce qu'il y a dans la vitrine

J'écoute la voix qui me dit "va chercher la lumière"

Mais je vais pas courir la vie entière

Mais je vais pas m'échapper davantage

Derrière le tramway qui s'appelait déjà dégage

 

Et je vais pas attendre qu'on m'épluche

La tête dans le sable comme une autruche

Non ! Je cours, je galope et jusqu'à bout de souffle

 

Je cours dans la neige et sans les moufles

Ainsi est la rencontre du quatrième type

Retour à l'expéditeur, c'est pas le bon prototype

 

Je sais où je gêne

Que j'ai des airs de celui qui tchoure l'oxygène, car...

 

Refrain


4-Tombés des nues

Je suis venu, mais je suis pas venu tu

penses

M'entendre dire "sois le bienvenu"

Mais l'estomac qui a besoin d'essence

Dit "qu'est-ce qu'il y a aujourd'hui au menu?"

 

Pas les pieds nus mais la tête dans les nuages

Le cur au chaud et sans faire semblant

Y'avait pas de quoi en faire un fromage

Au pays du Mont-Blanc

 

Refrain bis

Sans bruit, sandwichs sans rire et sans dîner

Sans faute, sans doute et même sans l'idée

Qu'on est jamais invité quand on est

Sans thune, sandales ou même sans papiers.

 

Je suis venu, mais je suis pas venu tu penses

Pour le soleil ou le bord de la mer

Parce que bronzé je l'étais de naissance

Et puis je ne connaissais pas l'hiver

 

J'avais les pieds nus, la tête dans les nuages

Le cur au chaud, et je faisais semblant

D'être celui qui était de passage

Au pays du Mont-Blanc.

 

Refrain bis

 

Je suis venu et j'ai caressé des vignes

Et comment dire ? J'attendais le raisin

Mais de ces fruits, je n'ai vu que les lignes

Paraît qu'ici on ne boit que du vin.

 

Je suis venu et je ne savais pas encore

Qu'ici on avait peur de ses voisins

Et de toutes les maisons, je n'ai vu que des stores

Qui m'ont jamais dit "allez viens"

 

Je suis venu c'était pas au clair de la lune

M'entendre dire: "Va chercher ton or"

Non ! J'étais pas venu pour faire fortune

A l'aventure, habillé en peau de castor

 

Mon visage est une page qu'on n'arrache pas

Je sais que je serai surtout pas

 

Refrain bis

 

Je suis venu, mais je suis pas venu tu penses

M'entendre dire "sois le bienvenu"

Mais l'estomac qui a besoin d'essence

Dit "qu'est-ce qu'il y a aujourd'hui au menu"

 

J'suis venu mais je le dis avec quel air

Qu'on me reçut à reculons

On peut pas dire, on peut pas dire cher Léon

Que ce soit sur un air d'accordéon.

 

Mon visage est une page qu'on n'arrache pas

Je sais que je serai surtout pas

 

Refrain bis


5-Quinze ans

Que sont devenus tous mes amis

Je me rappelle et c'est pas si loin

De l'âge où on mettait le feu à tous les coins

 

Je me souviens et c'est pas des ragots

On était plus près des altères que des égaux

Plus près de la cheville que du cerveau

 

Je me souviens et c'est pas si loin

Mais je peux pas dire que je ne regrette rien

A 15 ans t'as la tête comme un gourdin ...

 

Où t'es plus proche des mains que des humains

J'ai vu des attaques au "croissant

chaud" le matin

Qui méritaient pas qu'on nous traite

d'assassins..:

d'assassins

 

Refrain

Que sont devenus tous mes amis

Mais aujourd'hui je pleure et puis j'en ris

On s'est pas tous tiré d'affaire

Pas de la même manière

 

On était chauds, tous comme nos aînés

C'est pas la faute à la mère

Méditerranée

Mais je sais qu'on allait plus

souvent au ciné.

 

On est monté sur tous les arbres à bout de bras

Les pommiers, tous les cerisiers, les acacias

Mon frère! toutes les branches se

rappellent de moi.

 

On cueillait pas, on faisait des ravages

Et puis les devantures et tous les étalages

A 15 ans, tout passe, passe et dans

l'sophage...

 

Comme on finit par attraper la diarrhée

Et qu'on a digéré les fruits avariés

On s'attaque à l'épicier, on

s'attaque à l'épicier

 

Refrain

 

De l'épicier tu passes à l'épicière

Tu veux manger toute la terre entière

Alors on cassait tout, on lâchait pas l'affaire

 

On a commencé à marquer des territoires

Fils de Crao et de tous les barbares

Un concentré de méchanceté rare

 

Et tous les jours, on était en vacances

Mais franchement tout est foutu d'avance

Quand le poids est d'un seul côté de la balance

 

Après les munchakus et la cape à Zorro

Après les mobylettes et les petits vélos

Y restait rien, y fallait du nouveau

 

Refrain

 

Corrigés par des adultes à bout de nerfs

Qui nous auraient brûlé à l'essence ordinaire

II leur en manquait le courage pour le faire

 

Moi, y'a deux trois choses que je regrette

Pour une porte qui s'est un peu ouverte

Un sourire qui disait, il est pas si con.

 

Un îlotier à qui j'aurais dit non

Et qui m'a saoulé avec son

intégration

Intégré, je le suis; où est la solution ?

Intégré, je le suis; où est la solution ?

Intégré, je le suis; où est la solution ?

Intégré, je le suis; où est la solution ?

Refrain


6-Je crois que ça va pas être possible

Voici... ce que je vous propose comme entrée

Je fais des fixations devant les portes d'entrée

Pas n'importe lesquelles, surtout les bien gardées

Avec 100 kilos de muscles à la clef

 

Devant trop de barbaque, c'est vrai je fais des rejets

Et je peux dire que je maîtrise le sujet

Les portes je connais, j'en ouvre tous les jours

Mais j'en ai vu claquer plus souvent qu'à mon tour

 

Je vous fais un topo sur l'accueil

A l'entrée des boites

 

"Veuillez entrer monsieur, votre présence nous flatte"

Non je plaisante, car ça se passe pas ainsi

Devant les boites, moi je suis toujours à la merci

D'un imbécile à qui je sers de cible et qui me dit :

 

Je crois que ça va pas être possible

Pas être possible, pas être possible

 

J'ai pas fini, voici mon plat de résistance

Comme tout un chacun j'ai bossé pour ma pitance

Et histoire de vivre convenablement

Je me suis mis à la recherche d'un appartement

 

J'ai bichonné un excellent curriculum vitae

Couleur et Macintosh enfin toute la qualité

En prime; irréprochable situation morale

Et même quelques feuilles de salaire: la totale

 

Vas-y Dieudo, fais leur le proprio

"C'est un honneur pour moi, je vais vous montrer le patio"

Non, je plaisante car ça s'est pas passé ainsi

Quand il m'a vu, j'ai vu que tout s'est obscurci

A-t-il senti que je ne lisais pas la bible et il m'a dit

 

Je crois que ça va pas être possible

Pas être possible, pas être possible

 

Le bonheur étant toujours pour demain

J'ai placé quelques thunes pour un petit jardin

Un petit nid et balcon sur "la prairie des filtres "

Avec piscine au bord de la Garonne, si j'insiste !

 

Mais ce putain de bonheur n'est jamais dans le pré

J'ai appelé "le bon sens près de chez vous" pour un prêt

Mais les banques, c'est les banques !

Comment vous dire..., eh bien, les mots me manquent

Enfin je vous fais le topo des grosses têtes

"II vous manque des points pour compléter votre retraite

Vous devriez me semble-t-il pour assurer les traites

Mettre à jour et un terme à l'ensemble de vos dettes"

Et puis, il a souri en me disant "c'est terrible mais...

 

Je crois que ça va pas être possible

Je crois que ça va pas être possible

 

Mais je lâcherai pas l'affaire, cousins, cousines

J'ai la patate à faire peur à la pile alcaline

Et je ferai pas comme celui qui

Va prendre un billet dans... La chaleur de la nuit

 

Et je sais tous les noms d'oiseaux dont on nous traite

Et un jour je sais bien que c'est nous qu'on fera la fête

A tous ces gens qui vivent dans les autres sphères

Je vais les inviter à mon joyeux anniversaire

 

Et là plus de "qu'est ce qu'y fait? Qu'est ce qu'il a ?"

De rebelote "qui c'est celui-là ?"

 

Et à toutes ces taches qui vous jugent à la figure

Je leur ferai une justice avec mes chaussures

Quand ils voudront sortir, là ! ce sera terrible

Je leur dirai

 

Je crois que ça va pas être possible

Pas être possible, pas être possible


7-je suis

Je suis le feu et l'eau tout à la fois

Même si le feu brûle et même si

l'eau noie

Tout ça est bien en moi

Et c'est moi

Je suis

 

Je suis autant la chute que l'envol

Mais bien plus la scoumoune que le bol

Tout ça est bien en moi

Et c'est moi

Je suis

 

Et le désert avant d'être le sable

Le fait divers un peu plus que la fable

Tout ça est bien en moi

Et c'est moi

Je suis

 

Je suis celui qui pèse , mais je suis

le chiffre treize

Je la ramène y faut pas que je taise

que

Tout ça est bien en moi

Et c'est moi

Je suis

 

Refrain

Moi la vie ne m'a pas donné raison

Mais je suis l'antidote à son poison

Tout ça est bien en moi (X3)

Et c'est moi

 

Je suis mais ça ira

Je suis mais ça ira

Je suis mais ça ira

Je suis mais ça ira

 

Je suis l'animal qu'on a mis à table

La Fontaine ne m'a pas mis dans sa

fable

Tout ça est bien en moi

Oui c'est moi

Je suis

 

Je suis la langue qui n'a pas d'école

La nage indienne bien plus que le

crawl

Tout ça est bien en moi

Et c'est moi

Je suis

 

Je suis un peu le papier, un peu

l'encre

Mais je suis aussi de la dynastie

des cancres

Tout ça est bien en moi

Oui c'est moi

Je suis

 

Je suis l'éclat de rire et la colère

L'autre aurait dit entre ciel et la

terre

Tout ça est bien en moi

Oui c'est moi

Je suis

 

Refrain

 

Je suis pas né le jour de ma

naissance

Je suis né lorsque j'ai compris ma

différence

Tout ça est bien en moi

Et c'est moi

Je suis

 

Et moi qui fait partie du genre

humain

Je dis y'a pas de quoi faire à deux

mains

Tout ça est bien en moi

Et c'est moi

Je suis

 

Et dans l'immensité à sa mesure

Je suis en équilibre je le jure

Tout ça est bien en moi

Et c'est moi

Je suis

 

Je resterai le feu et l'eau je crois

Même si le feu brûle et si l'eau noie

Tout ça est bien en moi

Et c'est moi

Je suis

 

Refrain


8- Tout semble si...

Tout semble si apaisé dans ma ville

Si je suis fou, que cache cet asile ?

Ces Africaines aux cheveux lisses

Qui malgré tout l'avaient faite métisse

Tous ces sourires qui coulent à flot

 

Et tant de bourses à boire des

chocolats chauds

Tous ces enfants à qui il ne manque rien

Et les terrasses qui ont fait le plein

Je suis fracas quand la foule est tranquille

Et toi tu sembles si apaisée ma ville

 

Refrain

Mais, n'attends pas qu'ils reviennent

Même s'ils n'ont pas d'armes tu vois

N'attends pas qu'ils reviennent

Ils ont pris quatre villes déjà

N'attends pas qu'ils nous tiennent

Même s'ils n'ont pas d'arme, ils sont

N'attends pas qu'ils reviennent

 

Y manque que le sable et le soleil couchant

Y manque que la mer, y'a déjà les marchands

Y'a même un peu de vent qui fouette

Et les pigeons qui font semblant

d'être des mouettes

Des jambes nues et des cuisses

croisées

 

Comme un certain l'a écrit, "la Nausée".

Tous ces goûters à vous dégoûter

du bonheur

A pas aimer qu'il soit bientôt 4 heures

Je suis fracas quand la foule est tranquille

Et toi, tu semble si apaisée ma ville

 

Refrain

 

Tout semble si apaisé dans ma ville

Mais j'y crois pas, tout ça c'est trop

facile

Toutes les villes se prennent avec

des mots

Y'a toujours une moitié pour dire :

Bravo !

C'est pas la guerre, c'est dépassé

 

On me dit: "C'est qu'un mauvais

moment à passer"

En tout cas si je lâche mon lasso

Ils seront à la porte de mon ghetto

Comme à Toulon, Orange ou

Marignane

Mais je m'en fous, ici on aime la

castagne

Refrain


8-On est chez nous

On est chez nous, nous

On est chez nous,

On est chez nous, nous

On est chez nous

 

Je fais jaillir de l'eau des aisselles et du front

Je suis celui qui danse et fait faire des bonds

Je fais lever les bras et que dans nos poumons

Toute la nicotine en demande pardon

 

Je fais le Po! Je fais la révolte des basses

Et que dans les oreilles on en garde la trace

Je fais la nuit qui fait pas rire les notables

Oui je la fais, je mets les cartes sur la table

 

Je fais le mixe qui dégoûte pas du vote

Je le fais cool pour pas qu'on s'y casse les côtes

Je dénonce et si tu m'envoies pas dans les ronces

Je te ferai ma danse du quinconce

 

Refrain

On est chez nous

On est chez nous

On est chez nous

On est chez nous

 

Je fais la colère de ceux qui ont appris que

Je fais les Incas les forêts perdues

Et les petits que les grands n'ont jamais vaincus

 

A défaut des voiles et des cinquante deux étoiles

Je dessine à la main une troisième étoile

Je fais la marinade des peuples métisses

Pas de salade, je fais monter les épices

 

Je fais le chaud et tout le chagrin des cithares

Les castagnettes qui envoient, et même le peuple noir

Tout ce qui nous décollera au moins la tempe

Qu'on dégoupille 'Mais que sans jamais ça pampe

 

Refrain

 

Je fais la soif et puis la marche des exclus

Qu'on sorte ce qu'est moche et qu'on en parle plus

On marche dans le topo pas de doute

Et je rajoute, je rajoute, allez rajoute

 

On voulait juste une seconde voir en nous

La sale bête qui dit "on est plus chez nous"

Je fais la pluie pour ça, je fais même le cri

On se fout des manières et des modes et du prix

 

Pourvu que nos chemises en soient réduites

En éponge ! On rentre torse nu cette nuit

On pourra dire, nous, qu'on était présent

Et qu'un jour on a vu ce qu'on avait dedans

 

On était chez nous

On était chez nous

On était chez nous

On était chez nous

 

Je fais jaillir de l'eau des aisselles et du front

Je suis celui qui danse et fait faire des bonds

Je fais lever les bras et que dans nos poumons

Toute la nicotine en demande pardon

 

Je fais le Po ! Je fais la révolte des basses

Et que dans les oreilles on en garde la trace

Je fais la nuit qui fait pas rire les notables

Oui je la fais, je mets la carte sur la table

 

Je fais le mixe qui dégoûte pas du vote

Je le fais cool pour pas qu'on s'y casse les côtes

Je dénonce et si tu m'envoies pas dans les ronces

Je te ferai ma danse du quinconce


10-Oualaladime

Oui bon, j'avais tous les défauts

Menteur comme un dentiste,

comme y faut

Dribbleur comme Scifo, j'ai dit

Méco

 

Oui bon, très tôt, je voulais pas bosser

Et comme Pinocchio mais sans la fée

J'ai méchamment menti et ça l'a fait

 

J'ai menti comme on tousse

Et sans qu'un long tarin me pousse

J'en ai fait des coups en douce

 

Tu me crois, tu vaux pas un centime

Je le jure, oualalaradime

 

Refrain bis

Ouala, oualalaradime

Ouala, oualalaradime

 

Oui bon, j'étais comme Canto

Et je parlais aux mouettes en argot

J'étais Walter Hugo, le poète !

 

Très tôt, j'ai voulu comme les grands

Faire le cow-boy avec des balles à blanc

Ramasser beaucoup d'oseille et vlan

 

A 10 ans, j'étais dur à cuire

Je voulais passer mon permis de conduire

A l'instructeur d'une auto-école

 

J'ai dit "signes, il m'faut une bagnole"

Si tu me crois, tu vaux pas un centime

Je te le jure, oualalaradime

 

Refrain bis

Ouala, oualalaradime

Ouala, oualataradime

 

Ensuite, ma mère à coups d'insultes

Me disait, "Allez !, ne fais pas l'inculte

Dis bonjour, quand tu croises un adulte"

 

Et moi têtu comme deux chameaux

Qui se disputent un verre d'eau

Il a fallu que je fasse le beau

 

Et va savoir pourquoi sous le préau

C'est l'adulte qui ôtait son chapeau

A 10 ans j'étais farouche

 

Il aurait fallu me coudre la bouche

Si je garoffe c'est pour la rime

Je le jure sur la tête de Sim

 

Refrain bis

Ouala, oualalaradime

Ouala, oualalaradime

 

Mon père qu'était dans le bâtiment

Me faisait part de ses sentiments

Y avait plus qu'à regarder comment

 

Quand je sortais de chez moi, le matin

Je faisais croire à tous les copains

Que pour me marave, y z'étaient vingt

 

A 10 ans, j'étais en colère

Qu'on voyait plus les bulletins scolaires

Mineur, j'avais l'avantage majeur

 

D'avoir mis à l'amende le facteur

Tu me crois tu vaux pas un CFA

Je le jure sur la tête de moi

 

Refrain bis

Ouala, oualalaradime

Ouala, oualalaradime


11-Le manouche

 

C'était la fête et comme à la maison

Dans le parking, toutes les familles... à raison

De 3 filles et de 18 garçons

Sont descendus, y'avait des chaises

Et de toute façon...

 

Y'avait du thé, mais y'avait surtout des makrouts

Y'avait surtout rien à raquer tu t'en doutes

Des cons auraient dit "là, tu les assistes"

Rien à foutre et allez ! Place à l'artiste

 

Tout à coup le manouche est monté sur la scène

Ici pas de cachet et pas plus de mécène

Et c'est en ramenant ses cheveux en arrière

Qu'il s'est mis à manger toute la scène entière

 

Refrain

Y nous a pas fait latche

Et tout ça à la tchatche

Y nous a fait le match

Et nous a dit là ya tchi

Ah ! quel plaisir

 

Y'avait là tous les prénoms qui finissent

en ID, "Farid" !

Et l'armada de ceux qu'avaient pas lu

le Cid, "Hafid" !

Toute la faune qui taquine le tiercé

Et des millions de landaus qu'il fallait

bercer

 

Y'avait aussi des chiens qui mangeaient

plus de viande

Mais des restes de ragoût presque à

leur demande

Il a pris sa guitare et l'allure trop fière

Je vous dis pas ce qu'il a fait de nos ornières

 

Il a fait comme un pansement sur la misère

Sur le mal de crâne de l'Alka Seltzer

Comme les larmes sont jamais trop loin du rire

Il a mis au rez de chaussée quelques sourires

 

Refrain

 

C'était une épée qu'il avait, pas une voix

Qui disait "de l'or" ! Pour ceux qui n'en ont pas

C'était pas une guitare au bout de ses doigts

Mais une méchante potence pour les rois

 

Il a dit aux mômes, "je vous fais une place

Vous serez tous premiers de la classe

Puis ça sera pas des classes mais des salons

Et sur ma tête ! Y'aura pas un crayon"

 

A ces mots les mômes ont lâché les ballons

Les plus petits qu'étaient accrochés aux jupons

Ont dit "Oui !" Quand il a dit "la première leçon,

Sera comment faire cuire les hérissons"

 

Refrain

 

Y nous a fait l'océan, là sous notre nez

Je vous le jure c'était pas du poisson pané

Et sur la plage, comme si on y était

Il a effacé les 300 jours de l'année

 

Et dans un confort qu'on n'aurait pas osé

Mieux qu'un fauteuil de la ligne Roset

Avec un français à couper à la hache

Il a dit "Libertad est un mensonge, qu'on le sache"

 

Je peux te dire que depuis ce jour on raconte

Que la misère et même le jour ont eu honte

D'avoir jeté des singes dans les cages

On a oublié qu'on habitait les étages...

 

Refrain


12-Né dans la rue

Je suis né dans la rue, enfin disons

Que la tomate a effacé le gazon

Et le Champagne c'était du Fanta

Les jours de fête à table y avait que ça

 

Une rue qui n'était pas les Beaux Arts

Où Muhammad Ali a mis k.o Mozart

Où la friture est à l'ami Schubert

Ce que "T'es morts" est au Petit Robert

 

Rue des filles qui voulaient pas de nous

T'es frisé et dans tes cheveux y'a des poux

C'est un bonnet qui nous l'enseigne

Ici les têtes n'avaient pas besoin de peigne

 

Refrain

Passe la vie, passe le temps

Passe la vie, passe la caravane et pourtant

Et pourtant passe

Passe la vie passe la caravane et passe

Passe la caravane et puis la vie, passe

Passe la vie passe la caravane et passe

Le temps...

 

Je suis né dans la rue, pas dans la pire

Où les caries vous interdisent de sourire

Où les nouveau-nés entraient dans la danse

Car chaque jour on fêtait une naissance

 

Ici tu chopes la crève et t'en ris

Ici l'hiver a mangé la menuiserie

Donc une règle: si tu nais, "sois robuste"

Pas de Caliméro pour dire "c'est trop injuste"

 

Rue où le feu, c'étaient des femmes jalouses

Pas consolées par les guitares andalouses

A quatorze ans, les filles rêvaient d'être mères

Pèlerinages aux Saintes Maries de la Mer

 

Refrain

Passe la vie, passe le temps

Passe la vie passe la caravane

 

C'était pas la ruelle, c'était rue des chameaux

Une impasse où "je t'aime" était un gros tuyau

Où les prénoms, tu pourras le vérifier

Sont pas de ceux qu'on trouve dans les calendriers

 

Pas la rue des déclinaisons latines

On s'appelait, devine? Machin, Machine

Et le cuivre, la ferraille et même le zinc

Etaient l'unique étalage des magasins

 

Et comme l'a dit l'autre "Vive la France"

Roulez Peugeot 102, sans assurance

Rue de "si t'es pas d'ici je t'escorte"

A moins que tu vendes ta Ford Escort.

 

Refrain

Passe la vie, passe le temps

Passe la vie, passe la caravane


13-Le petit Robert

Petit, j'étais largué, on dit ici "à Lourdes"

Dans ce que l'on appelle une famille lourde

L'amour y était le contraire du doute

La tête collée contre le poêle à mazout

Rêveur et j'ose même dire dans le coton

A attendre qu'on me dessine un mouton.

 

Mouton je l'étais jusque dans la tonsure

Mais les Brushings font pas dans la littérature

La main de ma mère était là en cas de doute

Comme un parapluie qui te protège des gouttes

De pluie, et j'ose même dire du mauvais temps

On avait rien, on était content.

 

Refrain

Mais c'était avant qu'on me dise dégage

Et qu'on ne me parle plus au présent

Avant qu'on déchire mes pages

Et qu'on me dise: "place et au suivant"

 

Avant qu'on ne me dise il n'y a plus de place assise

Et... avant qu'on ne me parle plus au présent

Avant qu'on ne me déchire une page et qu'on me dise

Avant c'était avant... et place au suivant.

 

Petit, j'étais gentil, j'étais même agréable

J'écrivais les deux coudes posés sur la table

J'ôtais de ma bouche les insanités

Comme un petit prince de l'humanité

Rêveur, je cédais ma place aux personnes âgées

Pour un sourire, une poignée de dragées.

 

J'enlevais ma casquette en entrant à l'école

Mais être poli, ça dispense pas des colles

Gentil, et tout à la fois dernier de la classe

Eveillé, comme pouvait l'être une limace

Je dormais, j'ose même le dire si profond

Et que s'écroule le plafond.

 

Refrain

 

Car j'attendais, petit prince des gloutons

Qu'on me porte à la bouche des paquets de bonbons

Y avait pas la monnaie mais c'était tout comme

Car le baiser remplaçait l'économe

Rêveur, et malgré les corvées de charbon

Ma récompense était un bisou à l'horizon

 

Mais dépassé le siècle où on te met au couvent

J'étais si nul, ma mêre a pris les devants

Et se pointait à l'école un chiffon dans la chevelure

La maîtresse disait "regardez ces ratures!"

Le cur en miettes, elle faisait parler l'eau et le sel

Et s'en retournait à sa vaisselle...

 

Refrain

 

A 18 h pétantes, se pointait le maçon

Un seul regard et à l'heure des cuissons

Y disait "vous voulez qu'on nous coupe les bourses"

A ces mots une larme descend de la grande ourse

Et j'ai compris qu'il y avait qu'une façon

D'apprendre l'art de la multiplication.

 

Depuis j'ai plus voulu ressembler aux statues

Et j'ai laissé mes potes à la salle de muscu

Ma mère m'a jeté un bouquin sur la table

Un gros machin qui rentrait pas dans mon cartable

C'est tous ces mots qui ont allumé la lumière

Et spéciale dédicace au petit Robert.


Retour à l'accueil